Huit athlètes de la région ont été sélectionnés par l’Equipe de France pour participer aux Jeux olympiques de cet été à domicile. Et ils ne devraient pas y aller pour faire de la figuration puisque la plupart d’entre eux ont obtenu leur billet sans avoir besoin de solliciter leur classement au ranking.

Les plus grands espoirs se porteront sur notre champion d’Europe et récent recordman de France de France du 800m, Gabriel Tual. Tous les voyants sont au vert pour « Gabi » qui a montré qu’il pouvait aussi bien chasser le chrono, comme à Charlety, que tirer son épingle du jeu d’une course tactique, comme à Rome. Il pointe actuellement à la 6ème place des bilans tous temps en 1.41.61, et 3ème des bilans 2024 juste derrière les deux coureurs qui l’ont devancé de quelques centièmes lors du Meeting de Paris. Objectif médaille pour l’élève de Bernard Mossant.

Médaillée de bronze aux championnats d’Europe en début d’été, Ilionis Guillaume (Stade Bordelais) a continué sa montée en puissance en allant chercher les minima olympiques avec un triple saut mesuré à 14m59. Si elle poursuit sa cette lancée, qui sait ce qui pourrait arriver dans un mois à Paris ?

Seul rescapé du trio magique qu’il composait en longueur avec Erwan Konaté et Jules Pomery, Tom Campagne (Stade Bordelais) pourrait se voir pousser des ailes quand le Stade de France fera la « clap ». S’il repasse les 8 mètres en longueur, comme il l’a fait plusieurs fois cette saison, le Bordelais pourrait raisonnablement viser une place de finaliste olympique. C’est, en tous cas, ce qu’il fallait faire aux derniers JO.

Objectif finale également pour le virevoltant Ryan Zézé (Stade Bordelais) sur le 200m. Capable de coup d’éclat comme en début de saison, le cadet de la fratrie Zézé est tout à fait capable de gratter les deux petits dixièmes qui le sépare de la barre des 20 secondes sur le demi-tour de piste, et se rapprocher ainsi des 8 meilleurs mondiaux. Mais ses meilleures chances seront peut-être avec le 4X100m, que l’on imagine mal ne pas se qualifier en finale.

Plus d’interrogation autour de Clément Ducos (Bordeaux Etudiant Club) qui n’a plus couru en compétition depuis le 05 juin et la demi-finale du 400m haies des championnats américains universitaires. Il y avait alors réalisé un chrono de 48.64, sans s’employer outre mesure, à 38 centièmes de son record personnel. Record qu’il avait amélioré de plusieurs dixièmes pour passer sous les 48 secondes en mai dernier, avant d’être sévèrement disqualifié pour avoir mordu sur le couloir intérieur lors d’un franchissement de haie. Quoi qu’il en soit, il devrait pouvoir se qualifier en demie-finale olympique s’il montre son meilleur niveau, et pourquoi pas mieux s’il arrive à reprendre sa marche en avant. Il reste encore un mois avant les JO, ce n’est pas impossible ! D’autant plus qu’il tenu à nous rassurer après la publication de cet article, en nous assurant qu’il était « en excellente forme » !

Passée par le ranking tant les minima olympiques (4m73 – seules 15 athlètes les ont réussis) étaient difficiles, Marie-Julie Bonnin (Stade Bordelais) a montré qu’elle savait résister à la pression en relevant le challenge que lui avait fixé la fédération. Pour aller aux JO grâce à son bon classement au ranking, elle devait d’abord prendre le titre de championne de France élite à Angers. Condition remplie pour la Bordelaise qui, sans doute libérée, a ensuite passé 4m70 à Sotteville. Une barre qui la place à la 16ème position des bilans mondiaux cette saison.

Hugo Hay (Sèvre Bocage Athlétisme) a décidé de ne faire sa rentrée qu’aux championnats de France, avec une encourageante 3ème place à la clef, derrière Yann Schrub et Jimmy Gressier. Privilégiant une préparation décalée pour être en forme lors des Jeux Olympiques, après une saison compliquée l’année dernière, ponctuée de hauts et de bas à cause d’un covid long. Un choix qui pourrait s’avérer payant, et qui a été rendu possible grâce à ses minima réalisées l’année dernière.

Enfin, Maroussia Paré a montré que l’Equipe de France de 4X100m faisait bien de compter sur elle depuis plusieurs années, puisque la sociétaire de l’US Talence est allé abaisser son record en 11.29 sur 100m à Angers. Déjà 4ème des championnats de France élite, ce chrono vient conforter sa place de 4ème française aux bilans nationaux. Si l’on suit la logique sportive, pourquoi ne serait-elle pas titulaire dans le relais ?! Auparavant meilleure sur 200m que sur 100m, Maroussia a fait d’énormes progrès sur la mise en action cet été. Une nouvelle corde à son arc qui pourrait finir de convaincre le sélectionneur, qui l’avait déjà testé en série des championnats d’Europe. Cela s’était très bien passé !

La sélection complète

Bastien Lacoste – lacoste.bastien24@yahoo.fr